Accueil > Revendications - propositions - actions > Virée sans explication pendant la période d’essai

Virée sans explication pendant la période d’essai

mardi 3 juillet 2018

"Manque de loyauté". C’est avec un tel argument, qui ne s’appuie sur aucun fait, aucune situation, que la direction a viré une collègue nouvellement embauchée à Fougères. Elle a été soutenue par les psychologues, son tuteur, ses collègues de l’agence, les élus du CHSCT qui avaient au préalable posé une alerte pour danger grave et imminent tant le climat était dégradé dans cette agence.
Mais rien n’y fait. Les directions se soutiennent, comme dans toute société pyramidale, refusent même de lui accorder une seconde période d’essai. D’autres psychologues ont été évincé-e-s dans d’autres régions.
Nous avons, en concertation avec notre collègue et ceux qui l’ont soutenue, envoyé ce courrier à la DRH.
Nous demandons que la direction aille au delà de ses obligations légales et justifie par écrit les causes "réelles et sérieuses" de l’arrêt des périodes d’essai. Nous demandons aussi qu’un recours soit possible.

Le 25 Mai 2018

Monsieur le Directeur Général de Pôle Emploi

Nous souhaitons vous faire part de la situation de Madame M D, psychologue du travail, qui, après avoir participé au processus long et exigeant de sélection, a été recrutée par le service des Ressources Humaines de Bretagne au 1er janvier 2018 pour une création de poste de psychologue à l’agence de FOUGERES (35).
Madame MD a d’abord effectué des immersions, auprès de psychologues du travail, dans différentes agences de Rennes, puis a démarré ses missions à l’agence de FOUGERES à partir du 12 mars 2018.
Le 29 mars 2018 la Directrice d’agence, Mme PP, et la Directrice Territoriale Déléguée, Mme CM, lui ont signifié la rupture de son contrat de travail sous un délai de prévenance de 15 jours. Celle-ci a donc pris effet le 12 avril 2018, soit 2 semaines avant la fin de sa période d’essai initiale de 4 mois. Le seul motif exprimé serait l’évocation d’un manque de loyauté envers l’équipe managériale, sans qu’aucun élément concret n’ait été apporté pour étayer cet argument.
En l’absence de faits ou de signaux d’alerte énoncés par sa hiérarchie directe, Mme MD a souhaité solliciter diverses personnes de la DR, de la DT et de la DRH, afin de bénéficier d’un temps d’échange lui permettant d’exprimer sa sidération et son incompréhension. Aucun des responsables de ces différents services ne lui a répondu.
Dans sa sélection et sa validation de profil, le service RH a reconnu en Mme MD une professionnelle expérimentée et compétente. Par ailleurs, elle a été appréciée professionnellement par ses pairs et par ses collègues de l’agence de FOUGERES, comme en témoignent leurs courriers ci-joints.
Malgré tout ceci, le Directeur Régional a confirmé la rupture du contrat de travail de Mme MD.
Cette situation nous paraît particulièrement floue. Aussi, nous nous interrogeons sur les raisons et la manière dont Mme MD a été évincée. On ne lui a même pas laissé le temps d’effectuer la formation inhérente à sa prise de fonction. Par ailleurs, nous soulignons le fait que l’agence de FOUGERES avait fait l’objet fin 2017, donc avant l’arrivée de Mme MD, d’une enquête du CHSCT ...Il semble que la brutalité de l’éviction de Mme MD ait été le révélateur, à nouveau, du malaise qui persiste au sein de cette agence, à tel point que les agents de FOUGERES ont demandé une nouvelle intervention du CHSCT. Après avoir reçu individuellement une majorité de ces agents, les élus du CHSCT ont voté à l’unanimité une enquête pour danger grave et imminent.
Aussi, nous espérons que vous puissiez prendre en compte les préconisations que cette ou ces enquêtes ont pu établir. Gageons que Pôle-Emploi ne saurait écarter une personne de la qualité de Mme MD qui n’aurait pas vécu le même sort dans une autre agence.
Nous sommes persuadés qu’il s’agit d’une erreur d’appréciation fort dommageable par ailleurs pour Mme MD tant sur le plan personnel que professionnel (comment s’expliquer / expliquer ce qui est arrivé quand il n’y a rien de concret ?).

Qu’en couterait-il de proposer à Mme MD une autre période d’essai (sur une agence de RENNES par exemple) ? Pôle Emploi aurait tout à gagner à reprendre Mme MD. Ceci permettrait de recruter une professionnelle compétente, d’apaiser le climat social et de réparer une injustice.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer Monsieur le Directeur Général, nos salutations respectueuses

Pour l’Association,
La secrétaire

Copie :

DGRH Jean-Yves CRIBIER
DR Bretagne Frédéric SEVIGNON

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP