Accueil > Revendications - propositions - actions > Formation des psychologues

Formation des psychologues

Courrier du collectif IDF du 30 juin 2016

mercredi 27 juillet 2016

Collectif Psy Ile-de-France

A Monsieur BEL, Directeur Régional Ile-de-France
Monsieur BOUILLON, Directeur Régional Adjoint en charge de la performance sociale
Madame LEBOSSE, Directrice Régionale du développement RH et de l’accompagnement managerial
Monsieur WOSZCZYNSKI, Responsable de la Gestion des Compétences
Monsieur MILET, Responsable de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences
Madame RUBIO, Correspondante Régionale Orientation IDF
Monsieur BELTRAME, Responsable du Département Orientation Professionnelle et Formation

Objet : formation des psychologues
« Chaque psychologue est garant de ses qualifications particulières. Il définit ses limites propres compte tenu de sa formation et de son expérience. Il est de sa responsabilité éthique de refuser toute intervention lorsqu’il sait ne pas avoir les compétences requises. Quel que soit le contexte de son intervention et les éventuelles pressions subies, il fait preuve de prudence, mesure, discernement et impartialité. »

Madame, Monsieur,
Dans une perspective de délivrance de la nouvelle offre de service, vous invitez aujourd’hui les psychologues du travail à s’inscrire sur les formations « Mettre en œuvre la prestation d’orientation Activ’Projet » et « Utiliser le questionnaire d’intérêts » relatif à l’IPPE. Or plusieurs situations relèvent de l’injonction voire d’une inscription automatique -sans que les psychologues concernés n’aient été au préalable consultés.
Nous souhaitons rappeler que le Code de déontologie des Psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012, constitue un cadre éthique reconnu et partagé entre Pôle emploi et les psychologues du travail (cf. accord du 18 juin 2010 d’intégration des psychologues du travail) et qu’il règlemente clairement les conditions de maintien et de réactualisation de leurs connaissances, et ce en toute responsabilité.
Aussi, nous contestons le caractère obligatoire et autoritaire de cette inscription sur un module dont les objectifs et le contenu proposés ne sont adaptés ni aux différents niveaux d’expertises des professionnels auxquels ils s’adressent, ni aux enjeux que ces prestations prétendent servir en matière d’analyse de la complexité des situations.
. En effet, « Analyser la situation d’une personne en recherche d’emploi au regard de l’élaboration de son projet professionnel » et « mobiliser les outils d’orientation adaptés » est déjà au centre de notre pratique quotidienne dans cette institution. Par ailleurs, l’examen du cahier des charges d’une prestation comme Activ’Projet ne constitue en rien un acte formatif digne de faire l’objet d’une inscription au plan de formation : l’appropriation de ces éléments sur une seule journée pourrait suffire à celles et ceux qui le souhaitent et ne devrait en aucun cas être imposée.
Nous déplorons que six ans après le transfert de l’orientation à Pôle emploi, la réalité du travail et des besoins en matière de développement des compétences de vos équipes d’orientation spécialisées soit si peu prise en compte. L’offre de formation que vous proposez constitue une réponse à des besoins de professionnalisation de premier niveau, mais pas à ceux de psychologues confirmés, dont les demandes individuelles, collectives, ponctuelles et réitérées de perfectionnement ont majoritairement débouché sur une fin de non-recevoir. En six ans, aucun module approprié n’a vu le jour malgré des consultations multiples, « remontées », groupes de travail, dépouillements d’EPA… et les groupes d’analyse de pratique qui s’étaient enfin mis en place de façon ponctuelle n’ont été ni pérennisés ni généralisés à l’ensemble des psychologues demandeurs.
La disparition du DIF a restreint davantage encore le champ des possibles, contraignant certains d’entre nous à prendre les perfectionnements à leur charge financière et sur leur temps personnel sans que l’institution ne fasse le moindre geste.

. Nous nous questionnons par ailleurs sur le parti pris de Pôle emploi d’imposer UNE approche théorique de l’orientation (ex : types psychologiques relatifs à la théorie jungienne) au mépris d’autres courants tout aussi pertinents et en rapport direct avec notre champ d’intervention.
Si le modèle Jungien parait tellement approprié à notre pratique, pourquoi ne pas former les psychologues qui en expriment le souhait au MBTI ou au GOLDEN, bien plus opérationnels compte tenu de l’importance que vous semblez y accorder ? Plus largement, nous rappelons que le psychologue « décide et répond personnellement du choix et de l’application des méthodes et techniques qu’il conçoit et met en œuvre … », conformément au Principe 3 du Code de déontologie des psychologues.
De plus, nous signalons depuis plusieurs années nos inquiétudes quant aux choix scientifiques qui président à l’instrumentation que Pôle emploi propose aux conseillers et aux psychologues du travail. L’IPPE en est une illustration, car nous ne disposons toujours pas d’informations précises sur les propriétés scientifiques liées à la construction et à l’étalonnage de cet outil, condition nécessaire à son utilisation, interprétation et restitution. Former les conseillers sans s’être assuré de ses qualités métriques risque de conduire à des glissements et dérives interprétatifs. Contraindre des psychologues -que la formation universitaire a préparés à la manipulation de tests bien plus complexes et validés scientifiquement- à y consacrer plusieurs jours de formation, pose un problème de déontologie.

. Enfin, pour ce qui est de « la formalisation des résultats dans le SI » et de « leur restitution au conseiller référent », nos écrits respectent des règles strictes (article 17 et 20 du code qui régit notre profession). C’est le psychologue qui porte la responsabilité des conditions de diffusion ou de transmission à des tiers et décide de la forme et du contenu qu’il leur donne. Cette question n’est toujours pas abordée, alors qu’elle parait centrale pour encadrer les pratiques liées aux écrits professionnels dans le cadre intra-institutionnel.

Nous espérons que cette interpellation recevra enfin un écho de votre part : la question du maintien et du développement des compétences du métier de psychologue à Pôle Emploi et celle de l’exercice de sa responsabilité professionnelle sont directement liées à notre préoccupation constante d’être en capacité de délivrer un service adapté et de qualité aux usagers qui traversent des transitions professionnelles particulièrement intenses. Au regard des attendus sur la mission d’orientation portée par Pôle emploi aujourd’hui, et en particulier des enjeux liés au Conseil en Evolution Professionnel, il nous parait en effet essentiel et déterminant d’avancer ensemble sur le questionnement de ces principes de fond.
Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations respec-tueuses.

Le Collectif Régional des Psychologues d’IDF

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP