Accueil > Revendications - propositions - actions > Courrier du collectif MP au Directeur Régional Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon

Courrier du collectif MP au Directeur Régional Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon

Pour le maintien des équipes EOS

mercredi 16 décembre 2015

Monsieur le Directeur régional,
Mail (corps du texte) :
Monsieur le Directeur Régional,
Nous avons été informés du projet d’éclatement des équipes EOS et de dispersion du personnel psychologues et ATO dans les agences.

Nous ne comprenons pas les buts de cette organisation qui va à l’encontre de toute réflexion de bon sens.

Nous vous communiquons notre position ainsi que nos proposition pour la délivrance d’un service de qualité aux usagers.

Nous souhaitons que le devenir de l’Orientation Spécialisée fasse l’objet d’une large concertation au sein des Instances représentatives du Personnel. Ceci est d’autant plus urgent que le CEP va être prochainement mis en place.

Respectueusement vôtre.
Collectif EOS Midi-Pyrénées

Ce courrier est la réécriture d’un courrier précédent des collègues de la région Rhône-Alpes.

Collectif EOS Midi-Pyrénées

Toulouse, le 17 décembre 2015

Monsieur Serge Lemaitre

Directeur Régional Pôle-Emploi
Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon

Objet : Maintien des équipes et développement de l’Orientation Spécialisée

Monsieur le Directeur,

L’enjeu de la mission Orientation Spécialisée pour Pôle Emploi est partagé et porté par les psychologues et les assistantes techniques d’orientation (ATO). Ils-elles réaffirment leur souhait de travailler en complémentarité et en coopération avec les collègues conseillers en agence, au service du public demandeur d’emploi.

Pour assurer leurs missions le plus efficacement possible, les équipes d’orientation spécialisées doivent rester constituées en équipe, à l’identique d’aujourd’hui, localisées en un même lieu avec une Direction Régionale de l’Orientation Spécialisée.

Cette organisation est essentielle pour que chacun, psychologue et ATO puisse maintenir sa spécificité et son professionnalisme, assurer une continuité de service, tant au niveau de la qualité que des objectifs de production, et enfin, se prémunir des risques psychosociaux.

1 – Maintien du professionnalisme des psychologues et des ATO.

La compétence collective est souvent la seule à même de permettre la construction de prestations nouvelles en réponse aux demandes des agences et des territoires. Les psychologues du travail sont de formations initiales différentes, ont bénéficié de perfectionnements professionnels variés, ont des expériences très diversifiées acquises sur des champs d’interventions différents. De ce fait, le travail en commun permet de répondre à une large palette de problématiques en synergie avec les autres équipes.

Le travail en équipe permet aux psychologues de solliciter lorsque c’est nécessaire un regard extérieur de la part d’un de ses pairs. Ce travail constant, quotidien, adapté au besoin de chaque psychologue, est équivalent à un travail de supervision mais « au fil de l’eau »… Ce regard extérieur permet au professionnel une prise de distance et donc facilite la réflexion, l’analyse et la définition de stratégies nouvelles.
Cette pratique d’intervision se fait souvent entre deux entretiens ou en fin de journée…Ces temps informels d’échanges créent une dynamique et renforce l’efficacité de notre travail. C’est incontestablement une des plus- value des psychologues.
Le collectif de travail est un appui indispensable à chaque psychologue du travail. Il permet la transmission de compétences techniques, de savoir-faire, de postures professionnelles et l’échange de pratiques.

L’appui aux conseillers, qui est un axe de développement demandé par la DG, impose une autonomie, un éloignement physique des agences et du quotidien des collègues conseillers.
Un cadre géographique différencié par rapport aux agences favorise une alliance de travail avec les personnes reçues indispensable à la pratique des psychologues. L’entretien avec le psychologue étant réalisé dans un lieu différent de celui où le conseiller assure son suivi permet : un travail de nature différente, un niveau d’investigation approfondi de sa situation problème et permet au psychologue de préserver une distance suffisante pour penser son travail et sa relation à l’Autre.

Les assistant(es) techniques d’orientation (ATO) intégré-es aux équipes assurent un appui technique spécialisé qui permet aux psychologues de se centrer sur leur cœur de métier. Ils-Elles servent de lien dans la synergie avec les autres équipes par leur maîtrise de la culture du métier de psychologue et leur connaissance des différentes prestations. Ils-Elles réalisent de plus un travail de recherche et d’actualisation de la documentation, la recherche de places en formation, l’animation de séances de tests, la relation avec les demandeurs d’emploi avant le premier rendez- vous, le montage de dossiers administratifs (AIF, AIS, PMSMP…), le suivi statistique de l’activité.

2- Une organisation pratique et efficace qui favorise la continuité de service.

L’organisation dans un même lieu permet une grande souplesse dans la délivrance de la totalité de l’offre de service, dans la capacité de réponse aux demandes des différentes agences, et la possibilité de délivrer la totalité de cette offre de façon homogène sur un territoire.

La multiplication de lieux d’exercice impliquerait la multiplication de lieux de passations de tests, de dispositifs de stockage, de salles et de bureaux adaptés, d’outils d’information sur l’orientation…

Le maintien en équipe permet l’organisation de séances de regroupement, d’ateliers entre les bénéficiaires suivis par les différents psychologues et facilite l’organisation de passation d’épreuves d’investigation. Il permet aussi de faire face aux absences maladie impromptues et de ne pas reporter les rendez-vous pris avec les personnes.

Le travail en équipe permet la souplesse, la répartition du travail en commun en fonction des compétences, des disponibilités de chacun et les échanges techniques lors des réunions.

3- Le travail en équipe de pairs, facteur de diminution des risques psycho-sociaux.

De nombreux audits et rapports d’expertise menés a Pôle Emploi depuis 2010 soulignent ou constatent les risques d’ordre psycho-social liés à l’isolement professionnel :

 Cabinet Technologic Picardie, 2012

 Cabinet SECAFI pour le CHSCT Pole Emploi Ile de France, 2012,
Le rapport pointe (p.64 et 68) : « les risques psycho-sociaux qui sont une réalité dont le personnel psychologues est particulièrement exposé… »

 Rapport d’expertise pour le CHSCT Pôle-Emploi Aquitaine, 2014

 Rapport d’expertise sur les salariés cadres Rhône Alpes 2014. Celui-ci mentionne explicitement le risque psycho-social (p.62) :
« …de surcroit, la disparition de tels collectifs constituerait un risque majeur d’atteinte à la santé de ses membres qui se trouveraient alors dispersés dans un univers professionnels qu’ils jugent à priori hostile. Nous attirons l’attention des CHSCT sur les conséquences en termes de santé que pourrait avoir une dispersion des psychologues au sein des agences de proximité opérée sans prendre en compte ce que nous venons de décrire précédemment… »

Pour Yves Clot, professeur titulaire de la chaire de psychologie du travail au CNAM Paris et Sandrine Caroly, maitre de conférences en ergonomie à l’université de Grenoble :
« On comprend (…) à quel point la santé se dégrade en milieu de travail lorsqu’un collectif professionnel devient une collection d’individus exposés isolément, résultat maintenant bien acquis, en clinique de l’activité. En effet un collectif professionnel est une ressource potentielle pour le sujet qui travaille, car il offre des possibilités d’engagement de soi dans l’activité de travail. A l’inverse la mise en défaut de ce collectif peut se retourner en contraintes délétère pour le sujet. ».

De plus, il existe des facteurs de risques spécifiques à la profession de psychologue à être affecté seul et de façon permanente en agence de proximité :
• déstabilisation et déqualification professionnelle
• risque de dilution du métier de psychologue et de perte d’identité professionnelle
• effets cumulés et générateurs de risques sur la santé que fait peser une activité en accompagnements de publics en situations difficiles et /ou en souffrance, coupée de l’action préventive, opérée par l’écoute et l’échange entre pairs
• risque que le psychologue isolé devienne un point de cristallisation, notamment de frustration dans un contexte par ailleurs difficile en agence (manque de bureau, tensions à l’accueil,…)

Enfin, les psychologues ne se distinguent pas des autres professionnels de Pole-Emploi qui ont également besoin de travailler en collectif, tels que les équipes des conseillers dédiés à l’entreprise, équipes PFV, équipes conseillers contrôle de la recherche d’emploi et même les équipes locales de direction. Pourquoi donc dissoudre les équipes d’orientation spécialisée ?

Pour tous ces motifs, le projet concernant un personnel déjà sous-représenté et dans sa majorité issu d’un transfert, de lui opposer à présent, le démantèlement de son unité EOS, apparait non seulement comme une solution particulièrement inadéquate en termes d’efficience des organisations de travail mais représente par ailleurs, un facteur majeur d’exposition aux risques psycho-sociaux.

Aussi l’ensemble des psychologues du travail et ATO de Pôle-emploi demandent leur maintien en équipes EOS, dans un lieu facilement accessible au public.

Copie : Organisations syndicales
Elu-e-s du personnel CE, DP, CHSCT
Directeurs territoriaux

Répondre à cet article

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP