Accueil > Revendications - propositions - actions > 2 courriers de psychologues au CHSCT IDF

2 courriers de psychologues au CHSCT IDF

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !

mardi 26 juillet 2016

PDF - 62.7 ko

Mesdames et messieurs les élus du CHSCT et Mr le président du CHSCT

Dans le cadre de l’information du 26/07 en vue de la consultation du CHSCT

Suite à l’information du CE du 18/07 et aux éléments d’informations qui nous ont étés transmis concernant la disparition des A2S et plus particulièrement l’éclatement des équipes EOS en agences locales et malgré l’affichage d’une volonté de la DR de qui se voulait rassurant, je vous adresse ce courrier afin de vous alerter sur les risques psychosociaux graves encourus par les équipes d’orientation spécialisée, et ce de façon urgente et réelle.

Je souhaiterais que vous entendiez, compreniez et puissiez voir que la nouvelle organisation prévue, ses modalités de mise en œuvre, met en danger gravement les professionnels des EOS,
Il est urgent que les élus et la direction tiennent compte de l’article L4121-1 du code du travail.
Les facteurs de risques psychosociaux encourus sont pourtant visibles

1° Une nouvelle destruction des collectifs de travail des psychologues qui se sont reconstruits difficilement après le transfert de l’Afpa : pour offrir une réponse adaptée aux besoins des conseillers et des demandeurs d’emploi les psychologues ont reconstruit des pratiques en équipe, ont mobilisé des compétences et ont noué des relations de travail et de partenariat aussi bien à l’interne du pôle emploi qu’à l’externe. En équipe nous avons peu à peu réussi au local, à faire reconnaitre l’apport que constitue l’approche du psychologue du travail dans l’accompagnement des Demandeurs d’Emploi et sur le terrain. La qualité de ce travail nous est chaque jour témoignée.
Aujourd’hui un certain équilibre a été trouvé dans la complémentarité des interventions entre psychologues et permet de délivrer l’offre de service auprès des DE et un appui aux conseillers
La volonté de démanteler les équipe EOS, d’isoler les psychologues en agence, la casse des collaborations établies, sont des faits d’une grande violence détruisant ces compétences d’équipes, nous mettant face à l’impossibilité de pouvoir continuer à mener une activité dans un minimum de cohérence, de qualité et de sécurité . Seuls les psychologues sont visés par l’éclatement : il est pourtant reconnu pour les autres équipes des A2S que le maintien en équipe est nécessaire pour assurer la spécificité de leur accompagnement
Des propositions ont été faites, de nombreux courriers et alertes ont étés adressés aux différentes directions sans aucune réponse.
Aujourd’hui la perspective d’avoir à tout reconstruire à nouveau après le transfert de l’AFPA, sans l’appui de mes collègues psychologues, dans l’isolement, sans la possibilité de concevoir et d’organiser des réponses différenciées aux diverses demandes qui nous sont faites selon les compétences des uns et des autres, génèrent pour moi un total découragement, un sentiment profond d’épuisement et un stress continu, car la tache devient impossible
Le silence de la direction face à nos alertes et questions légitimes signe son mépris pour mon métier, pourtant fort bien « vendu » quand elle en a besoin.

2° L’obligation de faire des vœux de réaffectation uniquement géographiques sans avoir aucune visibilité ni aucun élément tangible de choix
*Incertitude Sur ce qui va nous être demandé de faire : le pole emploi 2020 projette un(e) psychologue homme-femme-orchestre positionné sur une telle diversité d’interventions, qu’il n’est quand même pas difficile d’anticiper qu’une ou deux personnes par agence au milieu de 50, … 100 conseillers à l’emploi, ne pourront y faire face : quelles vont être les demandes des ELD locales que nous n’aurons même pas rencontrées ????
*Incertitude sur la complémentarité des compétences pour faire face aux nouvelles missions : être isolé ne le permettra, à l’évidence, pas
*Incertitude sur les conditions matérielles et le cadre d’exercice réel au sein de l’APE d’affectation : une porte est un minimum, mais en cas aucun suffisante pour garantir la possibilité de maintenir le cadre de l’exercice du métier de psychologue et des diverses prestations :
Il y a un plan immobilier prévu pour les Mrs et Csp, mais pas pour les psychologues, ors les APE ont un problème de places chronique : où les psychologues vont- ils pouvoir travailler ?, les salles nécessaires aux évaluations individuelles, comprenant la documentation, et l’instrumentation ne sont jamais citées. Cela justifie pour moi le doute réel sur la fiabilité des promesses faites, et à fortiori une crainte de se mettre en conflit avec des conseillers qui travaillent déjà dans des conditions difficiles.
3°Les psychologues ne souhaitant pas se positionner sur leur affectation sans avoir des éclaircissements et des éléments précis nécessaires à un choix digne de ce nom, SONT MENACES d’être affectés d’office : cette menace dans ce contexte flou, insécurisant, et de non choix en fait, est réellement déviante elle constitue à elle seule un risque psycho-social grave.
4° Les modalités de réception et validation des vœux : une fiche de vœux à remplir doublée d’un nouvel entretien aux RH qui validera ou non la demande d’affectation, confirme bien que de toute façon les psychologues n’auront pas le choix. C’est donc la seule une procédure administrative est annoncée pour organiser notre redéploiement.
A l’isolement futur s’ajoute un simulacre de choix d’affectation

5° Le rattachement hiérarchique des psychologues ayant un statut cadre à un responsable d’équipe non cadre : qui va piloter et évaluer notre activité, et qui de plus ne connait pas notre métier, comment ne pas voir l’incohérence, et le paradoxe de cette situation ?

6° L’animation fonctionnelle : qui serait censée recréer un collectif de travail des psychologues
Aujourd’hui l’animation fonctionnelle régionale est quasi inexistante, les réunions sont annulées les unes après les autres, les informations communiquées le sont toujours avec retard, les courriers adressés systématiquement sans réponse
L’analyse de pratique des psychologues « expérimentale » qui devait être reconduite est restée sans suite….
Ces faits objectifs laissent à voir que la volonté de maintenir une réflexion, et des échanges communs nécessaires à l’exercice de notre métier, n’est pas soutenue par l’institution et que la réalité d’une animation fonctionnelle capable de maintenir un collectif de travail n’est qu’un affichage de plus

Ce nouveau redéploiement des psychologues isolés dans les APE détruit les appuis nécessaires à l’exercice de mon métier de psychologue, la nouvelle organisation ne me donnera pas les moyens nécessaires à la réalisation des nouvelles missions. Cette situation d’impasse, cette impossibilité de réaliser correctement mon travail, et cette insécurité sont réellement à l’origine de mon stress. La vitalité de mon investissement professionnel est atteinte, ce stress est la cause de mes difficultés récentes à me concentrer, alors que les situations accueillies sont lourdes et difficiles. Ma vie personnelle et ma santé (troubles du sommeil, anxiété diffuse, irritabilité...) sont impactées.

Je vous informe que mes collègues psychologues sont tou(te)s fragilisé(e)s profondément, et nos collègues d’A2S déstabilisés et inquiets.

PDF - 62.7 ko

A Mesdames et Messieurs les membres du CHSCT,
Monsieur Président du CHSCT
Monsieur , Directeur Général des Ressources Humaines
Mesdames les Docteures
Mesdames Inspection du Travail
Monsieur expert accidents du travail CRAMIF

Madame, Monsieur,

Je tiens à attirer votre attention sur la souffrance occasionnée par la perspective de l’éclatement de l’Equipe d’Orientation à laquelle j’appartiens et des conditions humainement destructrices dans lequel il se réalise :
– déshumanisation d’un simulacre de « dialogue social » désincarné, qui ignore notre existence et la réalité du travail accompli sur terrain
– mépris pour les arguments professionnels exprimés par plus de 80% d’entre nous le 29 septembre 2015, interprétés comme un « caprice » ainsi que pour les résultats des diverses expertises diligentée par les CHSCT
– fiche de poste dans laquelle je ne reconnais pas mon métier, missions floues, conditions d’exercice indéfinies et qui laissent libre cours à l’arbitraire local le plus total
– Absence de transparence sur les critères d’affectation ultérieurs et silence de mon ELD qui nous maintient dans l’ignorance, les informations ne nous parvenant que par voie syndicale sans qu’il soit possible de les vérifier

Vous affirmez auprès des instances ne pas avoir pour intention d’isoler les psychologues du travail. Nous sommes pourtant la seule catégorie de personnel d’A2S à être visée par l’éclatement. En nous dispersant au sein des agences, vous nous soumettez à une nouvelle violence, celle de ne plus pouvoir au quotidien partager notre expérience d’une pratique professionnelle déjà minoritaire à Pôle Emploi. Il s’agit bien là d’isolement ! Une animation fonctionnelle le plus souvent indigente et des échanges de pratique ponctuels n’y changeront rien.
Enfin, vous voulez nous faire travailler sous la responsabilité hiérarchique d’un REP, qui organisera sans la connaître, notre activité et dont la fonction ne l’a jamais préparé à manager des cadres : c’est une négation de l’autonomie et de la marge de décision nécessaires à notre efficacité professionnelle et un facteur de risque psychosocial sérieux que vous avez choisi d’ignorer.

Depuis 6 ans, seul le maintien d’un collectif de travail avec lequel j’ai pu partager les préoccupations inhérentes à l’exercice de ma profession m’a permis de supporter les conséquences de la violence du transfert et les difficultés auxquelles me confrontaient quotidiennement - tout niveau institutionnel confondu - le dénigrement de mes compétences et de ma spécificité professionnelle.
Je mesure aujourd’hui les impacts sur ma santé (insomnies, anxiété,...) de ma volonté à rendre malgré tout un service de qualité dans les conditions qui m’étaient jusqu’alors imposées. Leur dégradation et l’isolement auquel je vais être soumise m’expose davantage encore.

Je m’exprime en mon nom propre et j’appelle chacun à prendre ses responsabilités face aux conséquences des risques psychosociaux majeurs auxquels je suis exposée.

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !

Documents :

Répondre à cet article

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP