Pôle
Psycho
Collectif national des Psychologues du travail de Pôle-Emploi

Accueil > Expressions syndicales, politiques... sur le travail, l’emploi, (...) > Quelques archives > Rencontres nationales > Compte-rendu de la rencontre nationale des 19 et 20 janvier

Compte-rendu de la rencontre nationale des 19 et 20 janvier

lundi 16 février 2015

Compte-rendu (partiel) des Rencontres Nationales PsyPE des 19 & 20 janvier 2015

Difficile de résumer nos 2 journées d’intenses discussions et de riches débats car, de plus, si la prise de parole est libre mais régulée, la prise de notes est éparse et épisodique….
Il faudra donc le compléter….
Nous étions donc près de 80 venu-e-s de 20 régions (seul le Languedoc-Roussillon nous manquait ainsi que l’Outre-mer).


Au fil des interventions, les thèmes ci-dessous se sont croisés :
 Conflit de valeurs
 Via les initiatives prises par des collègues d’Aquitaine notamment pour le faire reconnaître dans les risques professionnels inscrits au document unique des CHSCT : comment le généraliser dans tous les CHSCT ?

 Mise en place du CEP
 Un document « provisoire » (lire confidentiel) de la DG revient fréquemment dans les débats. Quelle place spécifique y auront les psychos ? Comment y est / sera différencié les rôles conseiller et psycho ? Quid d’Activ’projet ? Accepte-t-on des « portefeuilles » avec quelles conséquences sur la nature du travail de psychologue ?

 Colloque de l’INETOP
 Les DR acceptent ici, refusent là, financent ici et pas ailleurs…
La « révélation « du diktat » de la DG nous mobilisera pour permettre à un plus grand nombre d’entre nous d’y participer.
 Quelqu’un parle de contacter l’AFPTO, une autre le SNP…

 Métier psycho
 Le problème des « convocations » avec menaces de radiation ;
 Les exigences de volumétrie ;
 La confidentialité :
o La pétition qui a recueilli près de 400 signatures enjoint la DG à doter tous les psychos de bureaux avec porte, dédié er suffisamment insonorisé. Quelle suite ? Le recours en justice.
o Faire savoir aux DR concernées ce qu’il en est de la pétition et des suites que nous y donnons.
o Mais PE ne semble pas vouloir entendre ni connaître ce que déontologie signifie pour nous…
 Quels pré-requis pour un travail de psychologue ? une demande instituée et un travail en équipe fondée sur la déontologie professionnelle dit une collègue.
 L’avenir du métier avec le paradoxe de débauche de moyens lors des interrégionales qui n’ont que peu servies à une véritable information et la réalité des conditions d’exercice du métier ; indifférenciation d’avec un travail de conseiller mais « les faire monter en compétences » ; la conception très limitée de ce qu’est l’Orientation (panneaux indicateurs, 8 compétences à acquérir, déni des réalité du travail en agences…et en agences spécialisées)

 Groupes de travail nationaux
 Un groupe auquel aurait participé qq psychos se serait réuni le 6/01 sur le « développement de [nos] compétences]..
Nous permet de reposer la question de notre plan de formation interne !!!
 Quid du choix des collègues participants à ces groupes nationaux ? Beltrame a été interpellé lors des interrégionales mais…

 Initiatives de terrain
 Du positif avec l’atelier « Transition » en Alsace ou le Groupe d’échanges de pratiques en Franche Comté et j’en oublie…
 Des actions en tant que formatrices/teurs occasionnel-le-s
Ces initiatives amènent à débattre de nos champs d’intervention auprès des conseillers : formation, soutien, information,… intervenir pour « ne pas les laisser faire ce que PE leur demande »…. !

 Création d’une association
 La question est sérieusement posée avec la nécessité d’une trésorerie et avec l’expérience des collègues de Charentes-Poitou
 C’est toute la question du Collectif, non seulement utile et agréable mais nécessaire qui se pose et de sa coordination.

 Travail en équipe
 Un peu partout la dislocation des équipes menace, notamment par la localisation d’un psycho en agence. Les collègues Picards sont mis en demeurent de démontrer la plus-value d’un travail en équipe. A2S : lieu + neutre pour les DE et TH ; meilleure productivité si l’on est plusieurs ; possibilité d’échanges professionnels au débotté ; risques psychosociaux majorés surtout si collectif hostile…

 …


Un temps fort parmi d’autres mais un peu exceptionnel : la venue d’Yves CLOT mardi matin.
Il nous a écouté avec attention.
Il lui semble que la Direction n’est pas au clair avec « nous », qu’elle lui semble embarrassée (enceinte en espagnol…). Que nous sommes une petite épine mais une épine quand même car constitué en Collectif qui s’appuie sur des organisations syndicales plurielles.
Il pense que pour « s’attaquer à notre métier », i.e. l’inventer à PE, puisque la Direction ne nous différencie pas des conseillers tout en nous sollicitant pour leur « montée en compétences », il pense que nous devrions faire des propositions pour aller dans ce sens en y imprimant notre marque.
Il est prêt à collaborer avec nous, voire à faire un deal avec la DG qu’il a envie de connaître… Telle est sa proposition qui suscite, après son départ, un débat qui se solde par l’acceptation de continuer à réfléchir dans ce sens (moins 3 abstentions).


Au final, il nous semble nécessaire aussi :
 de revenir à la charge avec le relevé de décisions signé par Cribier lors de la grève de juin ;
 de remettre de l’humain dans la procédure ;
 d’intervenir auprès d’Yves CLOT à propos du colloque de l’INETOP et d’y intervenir nous-mêmes ;
 d’apporter un soutien effectif aux collègues de Picardie pour leur réunion du 26 janvier ;
 de créer des boîtes mails régionales pour faciliter les échanges au national ; de consolider la liste « pro » faite par O.P. ;
 recenser par région les lieux avec bureaux ouverts (des correspondants se sont désignées pour ce faire) ;
 de voir comment créer une association ;
 d’étudier les possibilités d’action en justice ; mais aussi devant les garants du CEP (CNEFOP/CREFOP) ;
 d’adresser des courriers à tous les syndicats PE (équité de traitement dans les promo et les mutations ; sur la formation continue ; respect de l’accord d’intégration…)


Dans la continuité de celui d’Ile de France, un groupe « CFS » sur le CEP se réunira le 9 mars pour affiner nos propositions d’axes de travail spécifiques psycho.
Les prochaines Rencontres Nationales se tiendront à Paris les 1er et 2 juin.
Venez nombreuses et nombreux.

Répondre à cet article

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP