Pôle
Psycho
Collectif national des Psychologues du travail de Pôle-Emploi

Accueil > Expressions syndicales, politiques... sur le travail, l’emploi, (...) > Quelques archives > EchangEOnS > Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

mercredi 23 avril 2014

Bonjour à tous,

j’ai finalement eu un RDV avec une avocate spécialisée en droit du travail et qui connait PE (elle a aidé notre CHSCT dans l’affaire des portes), pour lui demander si il était possible de faire quelque chose concernant les modifications de notre salaire suite à l’accord d’adaptation.

D’après elle c’est très clair : c’est éventuellement plaidable, mais pas gagnable. Un employeur peut modifier un élément du contrat de travail. Si le salaire final n’est pas plus faible que le salaire afpa, les prud’hommes rejetteront la plainte.

Pour calculer le salaire à comparer il faut reprendre l’accord, p5 et suivantes, faire les calculs sur un an avant et un an après. Si la somme après est égale ou supérieure à la somme avant, rien à faire, si elle est inférieure, même de quelques euros, là c’est plaidable.

A vos calculettes mais je pense que l’on peut clore ce chapitre.

Sur la classif : on ne peut nous enlever le statut cadre. Il n’est d’après elle pas du tout possible de recruter des personnels qui seraient psychologues, dans les mêmes équipes sur le même travail et qui ne soient pas cadres, au motif de l’égalité de traitement entre salariés. Elle m’a dit que si ça arrivait, là elle se ferait une joie d’aller aux prud’homes car elle serait sure de gagner.

Quant à savoir pourquoi une boite comme PE débute des négociations en faisant des propositions dont la RH doit quand même bien savoir qu’elles ne sont pas légales...

Bon courage à tous

EJ

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2014 à 13:15, par Administrateur En réponse à : Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

    Bonjour à tous,
    A force de secouer des cocotiers qui n’ont pas de cocos nous allons finir par perdre en crédibilité et en efficacité.
    Le statut, la classif ..c’est gagné de « longue date ». Partout.
    Pour les augmentations, nous sommes gérés par la Concvention nationale comme tout le monde. Ce n’est que dans ce cadre
    Qu’il faut agir ( procédure de « réclamation . Article 9 CNN, etc…)
    A mon humble avis nous avons interêt à montrer de l’intérieur ( je crois que « Pole Emploi » nous appuie sur cela..) que nous
    Sommes des experts dans le traitement des problématiques humaines et que nous pouvons être d’un grand « secours » pour
    Les conseillers et amener prestige et solidité au champ Orientation que Pole Emploi investi.
    Salutations.
    Daniel - LR

  • Le 23 avril 2014 à 13:20, par Administrateur En réponse à : Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

    Bonjour,
    Le Retour !
    Mais PE investit-il dans le champ de l’Orientation par une véritable volonté humaine ou purement politique afin de ne pas être écrasé par les CRs ?
    Je ne crois pas du tout en la sincérité et "vérité dite" par PE.
    Seul but : afficher "psychologues du travail". Qu’importe pour le reste.
    PE attend que ex-Afpa aient disparus (ou si peu que noyés) pour les remplacer par leurs "pchychologues à eux"...du travail... bien formatés.
    Quant à rémunérations, il me semble difficile de faire qqch car PE est à Domination Rationnelle Légale ( = productivité, efficacité+ bureaucratisation) qui a évidemment des conséquences, comme tout système, des conséquences négatives : incohérences, irrationalité, effets pervers,etc.
    Mais ce type de fonctionnement prévoit tout, notamment des écrits légaux (contrats, conventions, réglementation, etc.).
    Or, intérêt à éplucher tous papiers, si petits soient-ils, avant de se lancer dans cette aventure ☺.
    Dans les effets pervers, il y a en effet des prises de décision illégales (ex bureaux). Les RHs sont bien au courant mais ont tenté et tentent encore au vu du petit nombre que nous sommes ( une goutte d’eau dans PE national). Là, nous pouvons agir mais faut certitude qu’ils jouent sans filet.
    A L’Afpa, selon région, nous n’avions pas systématiquement des augmentations (je parle des dernières années) mais aussi des primes(en lieu et place) ou rien quand une excuse pouvait valablement être avancée telle "absence pour congé maternité" et si "plus parental", là c’était mort !
    Ce fut le cas en Bourgogne à l’Afpa ce qui améné une bataille rangée et de longue haleine par élus syndicaux.
    Et c’est le même cas rencontré à PE Bourgogne pour début d’année.
    Quant aux "compétences oubliées dans cette structure", elles le sont aussi dans tous ces types de structures car un autre effet est la dépersonnalisation.
    J’ai pris le parti de me battre pour valeurs envers DE et collègues en souffrance mais plus de m’user contre un Système qui se retrouve dans toutes les grandes entreprises, privées ou publiques. Là, il nous faut prendre notre mal en patience car cela se "cassera la gueule" tout seul ☺.
    Loin de moi de vouloir vous "déprimer" mais le réalisme est le meilleur moyen de réagir et il faudrait que nous arrivions aussi à dépersonnaliser les DRs et la DG pour parvenir à nos fins. C’est-à-dire utiliser les même armes que ce Système. Mais comment, d’autant que grande majorité des collègues PE ont baissé les bras depuis longtemps ? Car cette bataille ne peut se faire sans eux.
    Bon courage
    Cordialement,
    CK

  • Le 23 avril 2014 à 13:22, par Administrateur En réponse à : Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je partage le propos de Catherine totalement !
    Je pense très sincèrement que PE ne reconnait pas les psychos : vu les propos de Bassères et ceux de notre DR en PACA, on en est très loin... très très loin.
    Pour la classif, attention, le risque actuel est que les psychos (les futurs embauchés) se voient sur une classif à deux niveaux : un niveau agent de maitrise et puis cadre : ce qui est contraire à la responsabilité professionnelle des psychos et de plus il y a inégalité de traitement ! C’est le projet actuel de la DG que le snu m’a communiqué (les négociateurs). Donc, non, ce n’est pas gagné.
    Et vu l’ingénierie orientation que PE met en place, çà illustre bien l’image qu’ils ont de la psychologie du travail et des psychos. Leur objectif : miser sur le réseau des conseillers : une illustration : non remplacement des psychos partis (contrairement aux engagements de la DG) et non volonté de développer la fonction en volume alors que les besoins existent... c’est pas un signe, çà ?
    Ne pas se battre, c’est avoir perdu d’avance. Se battre c’est espérer gagner un peu : pour moi, pas d’hésitation ! La reconnaissance existe par les conseillers et les DE, mais rarement à d’autres niveaux : le métier n’est pas connu, ils ne veulent pas le connaitre et refusent de comprendre (de lire...) le code de déonto.
    Je vous rappelle que je travaille à la DR et que j’entends un tas de choses sur les conseillers et les psychos qui ferait bondir bc d’entre vous.
    Penser que la DG reconnait l’utilité des psychos c’est très positif, mais je crois, Daniel, que tu te trompes TOTALEMENT.
    Les seuls conditions d’exercice ou situations gagnées l’ont été suite à des luttes et très rarement par le fond de l’activité, même si cela existe aussi ci et là.
    Alors, battons nous, battez vous, sinon, on n’a plus qu’à espérer la retraite ou un autre employeur.
    A+
    OP

  • Le 23 avril 2014 à 13:24, par Administrateur En réponse à : Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

    Bonjour,
    Je partage cet avis, dans la région Auvergne je considère que nous sommes intégrés, je peux imaginer qu’il y a des différences selon les régions et les managers, mais je crois qu’il faut prendre notre place à l’intérieur car nous pouvons proposer et innover. Face à un public en difficultés nous sommes largement sollicités.
    Je pense que l’AFPA n’a pas toujours donné une vraie place aux psychologues et je trouve que la dynamique est plus positive à Pole Emploi. Quant aux postes et aux heures certaines psycho à l’AFPA sont restées des années avec des temps partiels mais finalement c’était normal, les augmentations et les primes je ne vois pas de différence, entre les règles énoncées et la réalité il y a une marge.
    Bonne journée.

  • Le 23 avril 2014 à 13:57, par Administrateur En réponse à : Salaire et statut cadre : entrevue avec avocate

    Bonjour,
    Ici, en Pays de la Loire, une mission expérimentale unique en France dans les Maisons d’arrêt et Centre pénitentiaire a démarré depuis janvier 2013, j’ai pris le relais d’une collègue depuis avril cette année : un mi-temps sur 6 mois.C’est le conseiller Réferent Pole Emploi-justice qui m’envoie les détenus. Le pilote régional de l’action est notre ancien N+1 à l’AFPA devenu Da2s de Maine et Loire depuis quelques mois. Les prestations se situent entre le CPF et le CPP avec beaucoup de latitude pour les réaliser.
    Il a d’autres prestations en projet pour valoriser nos compétences et tenter de solidifier l‘avenir des A2S.
    Sur un autre registre, nous déposons en mai 5 dossiers psycho aux prud’hommes avec la CGT, (2 ont l’indice 300, 2 ont l’indice 325). Le syndicat s’appuiera uniquement sur la CCN et demandera des dommages et intérêts en plus de la récupération de salaire. Affaire à suivre….
    Solidairement,
    MR

Répondre à cet article

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP