Pôle
Psycho
Collectif national des Psychologues du travail de Pôle-Emploi

Accueil > Expressions syndicales, politiques... sur le travail, l’emploi, (...) > Quelques archives > EchangEOnS > GOA et autres nouvelles...

GOA et autres nouvelles...

jeudi 18 décembre 2014

Toutes ces expressions sont extraites des mails échangés au sein du collectif.

Bonjour à tous,

Côté pétition, je ne sais pas où ça en est au niveau Champagne-Ardenne. Je ne sais pas qui de la région s’en charge. Je me renseigne...

Je voulais vous faire part des dernières infos Champagne-Ardenne.

1.Nous avons appris la semaine passée, que 2 conseillers de Reims avaient un portefeuille « orientation » depuis 2 semaines (soit après les journées interrégionales).

Le portefeuille d’une de ces conseillères contient 158 demandeurs d’emploi : elle doit faire le tri. L’officiel du contenu de ce portefeuille = 60 DE suivis ! C’est simplement plus que le double (et moins que le triple) ! Le 1er entretien dure 1h et les suivants 30 minutes avec obligations de recevoir les DE au moins 2 x/mois.

2. Certains psychos font déjà des échanges de pratiques avec les conseillers. Le retour : Les conseillers n’ont pas les moyens pour pouvoir appliquer l’OTLV.

3. Certains psychos de la Marne utilisent GOA. Dans les Ardennes, pas d’utilisation de GOA

Quelques hypothèses/questionnements sur la véritable finalité de GOA :

Cela va-t-il servir à adapter les horaires de l’agence ?

La gestion des flux montrera qu’à certaines périodes, il n’est pas nécessaire d’ouvrir l’agence.

Vont-ils inciter davantage les DE à utiliser le 100 %web sur les périodes de fermeture de l’agence ?

Réduction du personnel si moins d’accueil ?

Etc.

4.Concernant le CEP, nous avons approfondi le sujet : ce n’est que les opérateurs « régionaux » et non « nationaux » qui ne peuvent exercer ni une activité conduisant à la réalisation d’actions de formations, ni une activité de service conduisant à la réalisation de prestations pouvant être mobilisées en appui du processus de définition et de mise en œuvre du projet professionnel afin de garantir l’impartialité du conseil en évolution professionnelle.

5. Pour le CREFOP, si on ne peut pas y aller au titre de Pole Emploi, pourquoi pas y aller au titre des organisations syndicales (pour ceux qui sont syndiqués) ?

6. Des conseillers font passer des tests faute d’ATO.

Merci aux collègues du national pour les retours à mes questions sur les formations hors région.

Cordialement,

Christel

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2014 à 09:20, par Administrateur En réponse à : GOA

    Bonjour à tous,
    Je suis complètement d’accord avec le refus catégorique d’utiliser GOA.
    En ce qui concerne les conseillers qui ont des portefeuilles dédiés je pense que c’est au contraire notre SALUT !!
    Un demandeur d’emploi qui s’inscrit aujourd’hui dans une démarche projet peut se voir prescrire une prestation d’orientation et effectuer un travail d’élaboration de projet mais à l’issue de la prestation : dans la majorité des cas il ne bénéficie d’aucun suivi, d’aucun accompagnement dans la mise en œuvre de son plan d’action.
    Si nous ne voulons pas (nous les psychos) se retrouver avec un portefeuille afin d’accompagner l’ensemble du parcours du demandeur en axe projet, nous avons intérêt à défendre que le travail du psychologue reste dans le cadre de prestations et que l’accompagnement sur la mise œuvre du plan d’action doit être fait par les conseillers.
    Cette organisation du travail nous permettrai alors peut être de se positionner non pas comme des formateurs qui participeraient à une utopique montée en compétence de l’ensemble des conseillers du réseau, mais d’accepter de venir en appui à des équipes de conseillers qui porteront l’orientation généraliste.
    Je pense qu’il est impératif de défendre le travail en équipe des psychologues, mais que nous devons également défendre le travail en équipe pour les conseillers. Afin de soutenir l’idée de ce que peut être une offre de service orientation organisée, ou chacun des acteurs -conseillers comme psycho - auront une place bien déterminée et spécifiée.
    Nous ne pouvons pas continuer à défendre uniquement le bon cadre de notre travail sans faire le constat de l’impossibilité de proposer au demandeur d’emploi un service orientation un minimum structuré qui lui permettrai une vrai prise en charge articulée entre conseillers et psychos.
    Bonne journée à tous,
    Isabelle

  • Le 18 décembre 2014 à 09:21, par Administrateur En réponse à : GOA

    Bonjour à tous et à toutes,
    Je voudrais pour commencer m’associer aux propositions faites sur le mail précédent. Etre à l’appui d’équipes de conseillers dédiées au CEP afin d’organiser au mieux l’orientation à Pôle Emploi, tout en animant la prestation « Activ’projet » m’apparait être une proposition qui pourrait nous mettre tous et toutes d’accord (y compris Pôle Emploi, qui reste notre employeur et avec qui nous devons composer).
    Par ailleurs, je voudrais vous faire un topo des 2 plus dures journées que j’ai pu passer à PE : ma formation à « l’atelier d’orientation Kits sectoriels » qui s’est déroulé les 11 et 12/12.
    Mon état d’esprit en arrivant : plutôt ouverte, magnanime, sans aucune animosité particulière.
    Tour de table : tiens, je suis la seule Psycho !!!
    En double animation : un des animateurs, au moment où il tente d’illustrer son propos par une anecdote personnelle, trouve le moyen de critiquer ouvertement ce que lui aurait dit un psychologue du travail, considérant bien entendu qu’il faisait fausse route… (N’est-ce pas ce que pense peut-être de nous l’institution ?!?). Afin de détendre l’atmosphère, je tente une pointe d’humour, mais…
    La formation se poursuit et je ressens de plus en plus mon isolement, tant par le nombre que par les idées : j’entends de part et d’autre des litanies d’à peu près, d’approximation tant sur les mots que sur le sens qui leur est donné… je n’en peux plus !! La minorité aidant, je me « désolidarise » petit à petit du groupe et ne fait plus de remarques sur la nécessité de s’entendre sur les mots, d’être dans une compréhension commune pour animer l’atelier,…
    Le lendemain, le dernier jour donc, après la pause de l’après-midi, je remonte dans la salle et j’entends l’une d’entre les stagiaires, officiant à l’A2S de Maison Alfort, qui se met à dénigrer le travail du psychologue qui était venu dans leur agence, suite à une situation propice à l’apparition de RPS en son sein…
    Que les choses soient bien claires, je ne suis pas dans l’illusion de croire que parmi les psychologues, n’existent pas des charlatans ou des individus qui considèrent détenir une forme de savoirs qu’eux seuls détiennent ou encore des professionnels qui font fi de ce qui doit être fait en matière d’exercice de la profession… mais l’ambiance qui régnait dans la salle, les remarques intempestives qui ont été lancées à la volée, je les ai considérées comme m’étant adressée et à partir desquelles on attendait de ma part que je me positionne ! Aurais-je pu décemment le faire au nom de tous les psychologues ?!? Non, je ne le crois pas…
    Pour finir, ce qui a été le plus difficile à vivre pendant ces 2 jours, c’est une espèce d’hostilité ambiante à l’égard des psychologues, qui, deviennent les bouc-émissaires de toutes les frustrations que les conseillères éprouvent dans leur activité. Nous pousser à l’amalgame entre les fonctions, dans le cadre du CEP, c’est nous pousser au « suicide collectif ». J’ai eu comme l’impression au cours de ces 2 jours de ressentir le questionnement même de l’institution : Prouvez-nous que vous méritez votre statut, votre salaire, … et j’en passe…
    Pour toutes ces raisons, entre autre, je pense que la proposition de Caroline Lacan mérite d’être sérieusement discutée car elle permettrait la mise en œuvre d’ une réelle articulation de travail entre l’ODSO Généraliste et Spécialisée, qui reste LA demande de l’institution et ce pilotage n’enlèvera rien, il me semble, à notre volonté de défendre notre spécificité de psychologue.
    Cordialement,
    Sabah

  • Le 18 décembre 2014 à 09:43, par Administrateur En réponse à : GOA

    Bonjour Christel,
    Bonjour à toutes et tous,
    comme quoi nos Rencontres nationales et nos échanges sont très importants. C’est inquiétant ce que tu écris car il suffit comme nous le remarquions en novembre qu’1 ou qq collègues ouvrent une brèche dans la déontologie métier pour que la dorection s’y engouffre.
    Il ne faut pas céder ! Ni portefeuille, ni GOA, ni coursive, ni aménagement sur le volontariat et la confidentialité.
    Sur le CEP nous avons tenu la semaine dernière un groupe de travail psy sur temps CFS en IdF en amont de la participation d’une collègue qui est allé à la toute première réunion du CREFOP au titre de la FSU (car il est évident que PE ne nous -celles et ceux du Collectif à tout le moins - mandatera pas pour représenter l’institution...).
    Par ailleurs les retours sur OTLV de la part des conseillers en IdF est généralement similaire au constat que nous faisons : en particulier, pas le temps d’assimiler, pas le temps de mettre en pratique..
    Sur le fait que des conseillers font passer des tests (lesquels ???), cela a été annoncé aux inter régionales. C’est débile mais... la porte était entr’ouverte !
    J’espère que des collègues d’IdF t’ont répondu sur les formations "hors régions" car La Champagne n’est pas si loin de l’ile de France.
    Bonne semaine,
    Daniel

Répondre à cet article

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP