Accueil > Expressions syndicales, politiques... sur le travail, l’emploi, (...) > DR Picardie : "Le souhait consiste à mettre un psychologue par (...)

DR Picardie : "Le souhait consiste à mettre un psychologue par agence"

lundi 4 mai 2015

COMITÉ D’ÉTABLISSEMENT ORDINAIRE Picardie
PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU 26 MARS 2015
SALLE NAUTILUS – 3, RUE DU CAPITAINE HATTERAS
80 331 LONGUEAU CEDEX

Étaient présents :
Mr MAUNY Directeur Régional
Mr SEGOND Directeur Régional Adjoint
Mr MAREZ Directeur des Ressources Humaines

5 – INFORMATION SUR LA FEUILLE DE ROUTE 2015 DE POLE EMPLOI ET PRÉSENTATION DU TABLEAU DE BORD DES RÉSULTATS ET INDICATEURS ASSOCIÉS
M. MAUNY indique que la feuille de route 2015 comprend les objectifs de l’établissement et ceux des directeurs régionaux. M. MAUNY insiste sur la mise en place des équipes avec une dominante entreprise, dont la fin du déploiement aura lieu fin mai. Par ailleurs, Activ’Emploi sera mis en œuvre au 1er juillet 2015. Enfin, en ce qui concerne le CEP, il s’agit de mettre en place une synergie entre l’action des conseillers et des équipes d’orientation spécialisées. Le souhait consiste à mettre un psychologue par agence.
…………………….

L’objectif du taux d’accès à l’emploi durable six mois après la fin d’une formation est de 30 %.

7 – INFORMATION SUR LA DÉCLINAISON À POLE EMPLOI DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE
M. MAYINDU informe que le CEP a été instauré par la loi du 5 mars 2014 qui désigne cinq opérateurs (Pôle emploi, Missions Locales, APEC, OPACIF et Cap emploi) pour sa mise en oeuvre. Le Conseil Régional peut également en désigner. Le dispositif est soumis à un cahier des charges. Il s’adresse à tous les actifs (y compris aux demandeurs d’emploi).
Le CEP est une offre de service. Celle-ci comprend l’accueil et l’information individualisée sur les métiers, le marché du travail, les compétences et les formations. Puis, elle concerne le conseil approfondi personnalisé. Enfin, elle a trait à l’accompagnement personnalisé, à la mise en oeuvre du projet.
Le pilotage est commun à tous les opérateurs et s’appuie sur des indicateurs en cours de construction par un groupe de travail animé par la DGEFP.
Les opérateurs peuvent sous-traiter une partie du CEP. Pour Pôle emploi, Activ’Projet s’occupe de la partie projet.
M. MAYINDU indique que le niveau 1 du cahier des charges mentionne l’absence de référent pour les bénéficiaires. Un référent unique est nécessaire aux niveaux 2 et 3. Pour Pôle emploi, il peut s’agir d’un conseiller en offre généraliste, ou d’un psychologue en offre spécialisée.
La mise en oeuvre du CEP nécessite de porter le bilan à l’actif. Cela permet de s’adapter à l’autonomie de la personne. Le besoin principal du demandeur d’emploi se matérialise par le positionnement sur les modalités et également sur l’identification de son axe de travail principal ou secondaire.
L’orientation différencie l’offre généralisée et l’offre spécialisée pour bénéficier de la formation adéquate. L’offre de service a, en outre, été construite notamment au travers du guide méthodologique en orientation GMO. Les prestations existantes vont muter vers Activ’Projet à partir du 1er juillet.
Les six points détaillés sur la page 5 du document attestent de l’avancée vers la réalisation du cahier des charges. L’amélioration porte sur le travail du projet stratégique Pôle emploi 2020. L’EID doit évoluer pour se concentrer sur le projet professionnel et le diagnostic. L’outillage du conseiller pour l’aide au diagnostic doit être amélioré. Le conseiller doit actualiser des données du demandeur d’emploi en fonction de son évolution.
Le deuxième point concerne l’affectation pertinente et actualisée du demandeur d’emploi dans la modalité d’accompagnement qui correspond à ses besoins.
Le troisième concerne l’amélioration de l’articulation de l’orientation généralisée et spécialisée pour organiser des temps d’échange entre le conseiller et le psychologue du travail. Ces temps d’échange enrichissent les pratiques des uns et des autres.
Le quatrième point concerne la montée en compétence des conseillers et des psychologues du travail sur l’offre de services orientation/formation. Il s’agit de prendre appui sur la culture commune en orientation grâce au module OTLV dispensé en 2014.
Le cinquième point concerne, pour Pôle emploi, l’utilisation d’Aude en tant qu’outil de prescription de formation pour tous les acteurs de l’AIE (Missions Locales, Cap emploi). La loi du 5 mars 2014 fait obligation aux organismes de formation de signaler à Pôle emploi toutes les entrées en formation.
L’idée consiste aussi à éviter les doubles saisies et à interfacer tous ces systèmes. Les modalités seront négociées tout au long de l’année. Le travail d’interfaçage continue également avec le système d’information CPF avec la Caisse des dépôts pour que les informations migrent automatiquement vers le système de Pôle emploi.
Le sixième point concerne la traçabilité du CEP, dont le bilan s’adosse à Aude. Le conseiller n’aura qu’à cliquer pour le restituer.
M. MAUNY précise que certains points du document restent encore en suspens.
Mme BLEUSE (CGT) demande si la formation prévue à Lille intègre ces nouveaux éléments étant donné que la restitution du bilan dans Aude n’est pas encore réalisée. Ces formations en e-learning doivent-elles faire le lien avec le CEP ?
Mme SOULE (FO) demande quels sont les conseillers impactés par ce dispositif.
Elle pose les questions suivantes :
- S’agit-il de conseillers qui occupent cette fonction à part entière ou de tous les conseillers ?
- Quel est le délai prévu ?
- Le temps dévolu à cette activité sera-t-il pris sur les activités GPF, ou sera-t-il consacré à une activité à part entière en plus du GPF ?
- Enfin, pourquoi y a-t-il uniquement 200 agents intégrés au plan de formation en plus des 18
psychologues et des 35 managers ?
Mme PICARD (CFTC) souhaite savoir s’il existe une lisibilité sur le déploiement en Picardie. Elle demande si le conseiller travaille avec les demandeurs de son portefeuille. Cela signifie-t-il que ce travail n’est plus à faire en accueil en service immédiat ? De plus, comme les conseillers ont accès aux comptes des salariés, les informations sont-elles récupérables dans Aude ?
M. MAUNY indique que tous les conseillers sont impactés. Le CEP est intégré dans l’offre de service Pôle emploi. Le temps dévolu est donc le temps consacré à l’accompagnement des GPF.
M. MAREZ indique que le déploiement se fait sur une année. Cette année, le volume de formation correspond à une orientation similaire à celle mise en place pour OTLV. Sont concernés en priorité en 2015, les psychologues et les agents en accompagnement intensif.
Par ailleurs, les formations CEP se déroulent au CIDC de Lille car le site est équipé d’une bande passante conséquente, non disponible en région. Ces formations en pédagogie inversée proposent des exercices en e-learning et d’autres travaux menés en atelier.
M. MAYINDU indique que le CEP est un accompagnement au changement. La formation a débuté en mars. Le travail sera mené par agence pour définir un plan d’accompagnement à l’année. Le cahier des charges est évolutif. Un point sera fait au bout de deux ans.
Le demandeur d’emploi qui développe un projet peut bénéficier du CEP. Il est libre de le solliciter. Il fait alors déjà partie du portefeuille du conseiller. Si le demandeur d’emploi entre dans le CEP, les actions menées par le conseiller seront alors valorisées en fonction de la trame en cours de construction.
Par ailleurs, si le système d’information Pôle emploi est interfacé avec celui de l’OPACIF, le bilan y parviendra directement. L’OPACIF pourra de son côté recevoir des bilans d’ex-demandeurs d’emploi.
C’est pourquoi il est important de travailler sur la qualité du diagnostic et la qualité de la rédaction.
Mme BLEUSE (CGT) souhaite cependant savoir vers quels organismes envoyer les salariés qui se présenteraient en agence pour le CEP.
M. MAREZ signale qu’un salarié de Pôle emploi qui souhaite bénéficier du CEP est dirigé vers Uniformation, donc vers l’OPCA.

Répondre à cet article

| | Plan du site | mention légale | Suivre la vie du site RSS 2.0 SPIP